Actualités du ClubEconomie

Le Paris Saint-Germain a bénéficié d’une augmentation de capital de 316 millions d’euros. Oui, mais pourquoi ?

WanSquare est un site internet spécialisé dans le décryptage des sujets d’économie et finance, en France et ailleurs. En date du 26 septembre 2018, ils ont publié un article – dont le lien est juste ici – affirmant que « Le Qatar vient d’apporter 316 millions d’euros au PSG ». D’après leurs informations, c’est le Qatar Sport Investments qui a procédé à une « augmentation de capital » du club. Nous allons tenter d’expliquer cela de façon claire, car le sujet n’est pas si simple que cela en a l’air.

 

Mise au point technique et contextualisation

L’article informe donc de cette augmentation de capital, il est donc important de préciser certains termes employés.

Nous parlons d’ici d’une « augmentation de capital ». C’est lorsqu’à un moment donné le conseil d’administration – l’ensemble des actionnaires – décide d’apporter de l’argentà l’entreprise. N’importe quelle société (on parle bien ici d’une SARL, SAS etc … pas de « la Société ») peut y avoir recours. C’est une définition très simpliste pour une opération complexe. Derrière cela se cachent des enjeux politiques, des jeux de pouvoirs et d’influence et c’est compréhensible : ce genre de décision affecte directement l’avenir de l’entreprise. En effet ce genre d’opération peut par exemple se faire par émission d’actions. Autrement dit, la possibilité de « vendre du pouvoir » à de nouveaux investisseurs.

Dans notre cas c’est différent. Notez que c’est QSI qui a procédé à cette augmentation de capital. La société qatarie basée à Londres possède 100% des parts du club, ce qui en fait l’actionnaire unique (c’est le cas depuis 2011). Cela signifie que c’est QSI et uniquement QSI qui a réalisé cet apport. Cela peut paraître anodin dit comme ça, mais il s’agit d’un cas très rare dans le monde de l’entreprenariat : il n’existe que très peu de sociétés avec un unique actionnaire.

 

Pourquoi le PSG aurait-il besoin d’un apport en capital ?

D’après les informations de WanSquare relayées par nos confrères de chez Culture PSG, cette opération a été réalisée dans le but de financer les transferts de Neymar Jr et Kylian Mbappé lors du mercato estival de 2017. Admettons.

Les recettes du club – composées des ventes de billets pour les matches, ventes de joueurs, maillots, produits dérivés, droits télévisuels et recettes de contrats de sponsoring – auraient donc été insuffisantes pour amortir ces transferts. Tout cela constitue un ensemble d’opérations de court terme, puisque les clubs de football professionnels doivent amortir leurs achats de joueurs sur l’exercice en cours. Les investissements – les achats de joueurs ou d’infrastructures – restent des opérations de long terme.

Lorsqu’une entreprise quelconque réalise une augmentation de capital, il s’agit de faire entrer de l’argent soit pour amortir des investissements récents, soit en prévision de futurs investissements. Dans les deux cas, le but est de faire en sorte que le « haut du passif » soit suffisamment important pour recourir aussi peu que possible à un ou plusieurs emprunts bancaires. Pour faire simple on appelle « Passif » en comptabilité l’ensemble des ressources dont dispose l’entreprise lui permettant de fonctionner. Voici un schéma simplifié de ce que représente le passif d’une entreprise :

Grossièrement, il faut que la partie des capitaux propres puisse autant que possible pouvoir subvenir d’elle-même aux besoins de l’entreprise. Autrement dit, qu’elle possède des capacités de financement suffisantes pour s’endetter le moins possible. L’idéal évidemment serait de ne posséder aucunes dettes. Voici ce qu’il se passe lors de l’augmentation de capital :

Les capitaux propres sont donc augmentés de l’apport en capital réalisé, le club possède donc plus de capacités financières. Cela lui permet d’acquérir une meilleure crédibilité auprès des investisseurs et des organismes financiers et donc des capacités d’investir plus importantes.

 

Qu’est-ce que cela changerait pour l’avenir du club ?

Si l’on suppose que cet apport en capital servira uniquement à aider à amortir les achats de Neymar Jr et Mbappé, alors il n’y a pas de raisons de pousser le raisonnement plus loin. Hors ce n’est pas l’objectif de cet édito. Supposons donc que cela ne soit pas le seul objectif.

Comme dit précédemment, un apport si important permet d’avoir de meilleures capacités d’investir. Il est donc tout à fait probable que le club projette d’investir massivement d’ici les prochains mois ou les prochaines années. Cela n’aura finalement que très peu d’impact sur les prochains mercatos. En effet, il existe une règle dans le football professionnel dont vous avez peut-être déjà entendu parler : le fair-play financier. Que l’on soit bien clairs : peu importe si le club possède un capital de 15 millions de milliards d’euros ou son capital actuel, l’achats des joueurs ne dépendra que des recettes engrangées par son chiffre d’affaires de l’année suivant l’achat. Par exemple pour faire en sorte que l’opération réalisée pour l’achat de Neymar Jr, il faut que le club puisse réaliser 222 millions d’euros de recettes : ce n’est pas le fait d’apporter 316 millions d’euros dans le capital du club qui va résoudre cette question. Pour le dire autrement : cette augmentation de capital ne sert à rien du point de vue du fair-play financier. Vous aurez donc compris que même une augmentation de capital de 800 milliards d’euros n’aurait pas d’incidence là-dessus.

En revanche, le club peut tout à fait investir dans de nouvelles structures (un nouveau centre de formation, de nouveaux bureaux, un stade etc …). Là évidemment, le moindre centime est le bienvenu. Pour illustrer cela, imaginons que le PSG souhaite acheter le Parc des Princes (que le club loue pour le moment à la mairie de Paris) : cet apport représentera d’autant plus de cash pour investir. Cela pourra tout à fait être complété par un emprunt bancaire si nécessaire. Il faut également garder à l’esprit que le PSG accélère la diffusion de sa marque à l’international, notamment en Asie et en Amérique du Nord.

                                                   Source : Le Parisien, 27/04/2018

Or pour qu’une entreprise diffuse sa marque à l’étranger, il lui faut investir ! Il faut ouvrir des boutiques, financer les PSG Academy etc … Les sommes exigées pour investir dans ces zones du globe requièrent au moins plusieurs millions d’euros. Les possibilités sont infinies.

Tout cela ne fait l’objet que de spéculations, mais il est important d’avoir ces possibilités à l’esprit. Seul l’avenir nous ne dira plus. Wait and see …

 

Loukman

Paris United

GRATUIT
VOIR