à la uneActualités du ClubEconomie

Des deals qui mettent tout le monde d’accord

En officialisant coup sur coup, un nouveau partenaire (MSC croisières) et son nouveau sponsor maillot avec Accor, le PSG se projette vers les saisons prochaines avec de vrais atouts. L’avenir apparaît plus serein face aux contraintes du fair play financier. A l’heure où ses concurrents européens s’endettent pour mieux le contourner, le club peut se réjouir et avancer.

 

Rêvons plus grand

Avec un premier partenariat avec MSC, le croisiériste italien, le PSG poursuit son internationalisation et l’ouverture de son portefeuille de partenaires. Avec l’ambition partagée de faire profiter leurs fans et leurs hôtes, d’“une expérience hautement qualitative et innovante”, l’alliance vise juste. Avec un contrat valorisé à hauteur de deux millions d’euros par saison selon ecofoot.fr, l’entente apparaît aussi profitable que justifiée.

Elle souligne l’image internationale du club parisien. Elle démontre son attractivité et ouvre en retour les portes du marché français au groupe transalpin, tout en lui permettant de lorgner les marchés brésilien et chinois où le PSG connaît un essor notable.  L’effet Neymar, l’atout Mbappé et le travail de la direction parisienne pour construire une marque globale n’y sont pas pour rien.

Les sourires de Jean-Claude Blanc et de Marc Armstrong, le directeur sponsoring du club, loin d’être forcés, soulignent l’action efficace des équipes du club et de sa direction. L’ancienvice-Président de la NBA pour l’Europe qui fut justement recruté en avril dernier pour “attirer de nouveaux partenaires de poids pour les saisons à venir» peut donc jubiler à raison.

 

“Vivre sans limites” : le juste choix d’un partenariat gagnant-gagnant

Mais le véritable tour de force réalisé par le club tient à l’annonce d’un nouveau sponsor maillot. Et pas des moindres. En associant son image à celle du groupe Accor et de son programme de fidélité ALL pour Accor Live Limitless, le PSG réalise une (très) belle opération.

Valorisant son maillot dans le Top 5 européen, le club parvient à atteindre les niveaux de partenariats des plus grands clubs de football européens. En attendant l’annonce officielle du club, certaines sources envisagent un deal dépassant les 50 millions annuels, c’est-à-dire le double des sommes versées par la compagnie émiratie. Une aubaine dans le contexte actuel et une juste rétribution de ce qu’est devenue la marque PSG dans le monde.

Comme le soulignait encore récemment Vincent Chaudel ou Bastien Drut, le niveau de rémunération obtenue n’est pourtant qu’une conséquence de la structuration du club, de son audience globale et de sa stratégie de montée en gamme depuis l’arrivée des Qatariens à sa tête. On serait d’ailleurs bien en peine de s’en plaindre et ce n’est pas Sébastien Bazin, le PDG d’Accor qui dira le contraire. Pour lui, “le Paris Saint-Germain, c’est gigantesque. C’est une croissance absolument fulgurante depuis quatre à cinq ans.

Le deal est donc gagnant-gagnant quand on sait les synergies possibles entre les deux parties. Accor est un groupe hôtelier mondial, désireux de mettre en place avec ALL, un programme de fidélité d’exception pour ses meilleurs clients, tout en travaillant sa marque à l’échelle globale. Or, pour cela, rien de tel que le spectacle du Parc des Princes, de ses loges, de ses stars et de ses 395 millions de suiveurs dans le monde. Après un ancrage commencé avec le naming de l’Accor Hotel Arena, son ambition est simple : proposer des prestations d’exception autour du sport, tout en renforçant sa visibilité mondiale.

Quant à notre club , il est devenu le symbole du spectacle sportif premium et du football haut de gamme avec son Invincible Armada. De fait, l’accord signé s’avère aussi rémunérateur pour le PSG que stratégique pour le groupe français. Parfaitement en adéquation avec l’image de la Ville Lumière, ce deal très profitable s’appuiera sur les prestations uniques de la marque PSG devenue l’illustration globale du mariage fructueux entre le football et le sportainment à la parisienne. Rien de plus complémentaire.

C’est donc une bonne nouvelle et un savoureux rappel pour tous ceux qui doutaient de la capacité du club à attirer et à valoriser son potentiel, son image et ses suiveurs.

Evidemment, un tel deal ne permettra pas de faire des folies lors du prochain mercato mais cette annonce est opportune pour ceux qui n’ont pas oublié la fin du lucratif contrat avec Qatar Tourism Authority, sacrifié sur l’autel du fair play financier, des parties liées et d’un nation branding impossible à évaluer.

 

Entre Parisiens, tout est plus facile 

Adieu donc Fly Emirates et son profitable engagement de 13 ans, bienvenue Accor. Avec ce contrat, le club parisien poursuit son ascension vers les sommets et s’impose comme “l’une des trois plus grandes marques de sport mondial” selon Sébastien Bazin, le PDG d’Accor et … ancien Président du club parisien période Colony Capital.

La situation ne manque d’ailleurs pas d’une certaine ironie quand on se souvient qu’au conseil d’administration du groupe français, se trouve également un administrateur indépendant nommé Nicolas Sarkozy. L’ancien Président français, supporter affiché du club parisien et figure des bonnes relations franco-qatariennes,  a dû certainement applaudir un tel accord. Surtout quand l’on sait que le Qatar est actionnaire à 10,44% de l’hôtelier français via Qatar Investment Authority, le fonds souverain d’investissement qatarien dont on sait la puissance et les liens avec Qatar Sport Investment, le propriétaire du PSG.

Certains diront sûrement qu’entre Parisiens, tout est toujours plus simple mais force est de constater que ce partenariat est gagnant-gagnant pour toutes les parties représentées. Il a d’ailleurs une saveur supplémentaire pour Doha. Accor, marque française s’il en est et fleuron du CAC 40, remplace un sponsor maillot émirati devenu bien gênant à l’heure de la crise dans le Golfe Persique. Ce qui n’est pas sans intérêt quelques jours après la victoire de l’équipe nationale qatarienne à Abu Dhabi, chez son tempétueux voisin des Emirats Arabes Unis.

 

Jean-Baptiste Guégan

Crédits photo : psg.fr