à la uneAvant matchConférence de presse

Marco Verratti « Je me sens important pour cette équipe »

Le numéro 6 du PSG s’est présenté à la conférence de presse avant le match face à Toulouse demain soir au Parc des Princes. Le milieu italien est revenu sur son rôle, la situation de Neymar… Extraits

 

On a l’impression que tu as pris plus de poids dans le vestiaire, est-ce que tu as l’impression d’avoir plus de responsabilités ?

M.V. : j’en ai toujours eu, quand je suis arrivé j’étais jeune et j’ai joué immédiatement, mais lorsqu’on joue dans une grande équipe c’est normal d’en avoir. Les responsabilités changent quand on grandit, je me sens important pour cette équipe et je souhaite continuer à la faire grandir, je pense qu’en 8 ans on a gagné pas mal de choses, la Champions League serait un grand pas, mais toutes les équipes souhaitent la même chose, donc tout le monde doit aider afin que ce soit possible.

Vous êtes proches de Neymar, est-ce qu’il reste ? Est-ce que ce feuilleton pèse sur le quotidien ?

M.V. : Je suis très proche de Ney mais je n’aime pas lui mettre la pression, parlé de ça, s’il souhaite le faire il vient vers moi mais je n’ai pas à l’interroger sur le sujet. J’espère qu’il va rester, il n’y a que 3 ou 4 joueurs au monde ayant les qualités de Ney et il n’a pas eu de chance lors de ces deux dernières années, il nous a manqué lors des moments décisifs, on le voit avec des joueurs comme Messi et Ronaldo qui font la différence en champions League, c’est le genre de joueurs qui peuvent changer un match et il n’y en a pas beaucoup comme eux, ni à Paris ni dans le monde.

Dans dix jours on saura s’il reste ou non, je suis comme vous, je souhaiterais qu’on soit déjà le 2 septembre pour qu’on reste ensemble.

Suite à la défaite contre Rennes, on a l’impression d’avoir retrouvé le PSG de la fin de saison dernière qui n’a pas la capacité de rebondir lorsque le scénario du match ne vous sourit pas.

M.V. : C’est quelque chose que je ne comprends pas, ça ne nous fait pas plaisir de perdre et nous avons gagné la finale du Trophée des Champions . Après, si on n’arrive pas à faire un match complet, qu’on rencontre une bonne équipe et qu’on perd ce n’est pas un désastre. Rennes est une équipe difficile, depuis 7 ans que je joue contre eux, on a toujours souffert. On n’a pas eu beaucoup d’occasions lors de ce match, mais cela nous a fait comprendre qu’on doit toujours être au niveau physiquement et démontre notamment la qualité du championnat.

On a pu voir que l’équipe manquait un peu de lien entre le milieu de terrain et l’attaque, est-ce qu’avec l’arrivée d’Idrissa Gueye vous aurez désormais un rôle plus offensif ?

M.V. : Cela dépend, c’est le genre de choix que fera le coach quand tout le monde sera là. En Italie je joue un peu plus en avant, au PSG en 6, je ferai ce que le coach me demande, je n’ai pas de préférence.

Concernant le fait que tu évolues à gauche, c’était ta décision ou celle du coach afin que d’autres joueurs (Herrera, Di Maria) aient l’occasion de frapper, de prendre leur chance ?

M.V. : Je n’ai jamais dit au coach où je voulais jouer, j’ai joué à gauche à Rennes mais ça se passe très bien. C’est important d’avoir des milieux qui peuvent marquer, c’est une chose que je dois améliorer, mais cela dépend aussi de l’autre milieu, parfois il s’agit d’un joueur plus offensif.

Une question sur les latéraux, on a l’impression que vous avez du mal à les trouver, qu’ils n’ont pas su peser offensivement dans le couloir, comment tu l’expliques ?

M.V. : C’est surtout que nos adversaires jouent très bas, c’est difficile de trouver de la profondeur parfois. Quand on joue à 6 derrière c’est difficile de trouver des espaces, de marquer le premier but, après c’est plus facile car ils doivent sortir et pas seulement défendre. C’est difficile de jouer contre une équipe qui évolue en 6-3-1 mais ce n’est pas un problème pour les couloirs.

On parle d’une prolongation avec le PSG depuis plusieurs mois, est-ce que ça a avancé ?

Je ne sais pas, cela dépend du club, il me reste 2-3 ans de contrat et il y a des choses plus importantes pour le moment, comme le mercato qui va se terminer. S’ils souhaitent que je reste, ce ne sera pas difficile de trouver un accord, je sens que je fais partie de ce projet.

Tu n’as pas toujours été épargné par les blessures, mais cette saison se passe bien, comment tu te sens ? Tu as eu une préparation spécifique ?

Le problème l’année dernière c’était ma pubalgie, mais je n’ai pas eu le temps de me remettre car on jouait tous les trois jours sans pouvoir s’arrêter, un jour j’étais bien, l’autre non, je n’ai pas eu l’occasion d’être vraiment soigné. La saison dernière j’ai également eu des problèmes de cheville, mais aujourd’hui je me sens bien.

Crédit photo: www.psg.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR