conf tuchel 4 decembre
à la uneAvant matchConférence de presse

Ligue 1 / MHSC v PSG : Conférence de presse de Thomas Tuchel : «On doit tout donner pour terminer cette année avec succès.»

Les Parisiens respirent un peu mieux depuis leur victoire 1-3 mercredi contre Manchester United. Ils devront continuer sur leur lancée pour ramener les trois points en Ligue 1 demain soir (21h) face à Montpellier. Un adversaire jamais facile pour le Paris Saint-Germain. À la veille de cette rencontre, Thomas Tuchel a répondu aux questions des journalistes en conférence de presse. 

Prestation de Marquinhos mercredi en défense centrale : faut-il le remettre à ce poste dans les prochains matchs ?

Thomas Tuchel : «Comme je l’ai toujours dit, je l’ai fait parce que c’était nécessaire. On peut seulement s’adapter au moment, quand c’est nécessaire qu’il joue en défense centrale pour donner de la stabilité et son expérience à toute l’équipe mais rien n’a changé, il est très fort et il est le joueur-clé pour nous défensivement et offensivement. Il peut jouer aux deux postes (numéro 6 et défense centrale)».

À propos de votre décision de laisser Di Maria sur le banc face à Manchester United 

Tuchel : «C’est une décision sportive. On a choisi une attaque avec trois attaquants qui cherchent la profondeur. La force d’Angel est de tourner à l’intérieur avec son pied à gauche mais ce n’était pas le plan. Le plan était de chercher la profondeur et d’attaquer dans le dos de Maguire et de Teles, et c’est pour ça qu’on a choisi Kean pour sa force physique. Ce ne sont pas les caractéristiques d’Angel. C’était un choix très difficile parce que j’aime beaucoup Angel, j’ai confiance en lui et je le laisse normalement toujours jouer mais pour le plan d’attaquer dans la profondeur il n’avait pas les caractéristiques. Il est plus fort dans le demi-espace. Il peut jouer comme un deuxième attaquant dans la dernière ligne mais on a commencé avec les trois attaquants. À la fin c’était un peu dommage parce qu’au moment où je veux qu’il rentre pour remplacer Kylian, il y a eu la blessure d’Abdou Diallo».

Après plusieurs matchs avec une certaine difficulté à garder la même intensité pendant 90 minutes, êtes-vous rassuré par la dernière prestation des joueurs ?

Tuchel : «On doit aussi accepter que le contexte du match contre Leipzig et contre Manchester est complètement différent que contre Bordeaux ou Monaco. On a gagné en capacité, par exemple Neymar et Kylian ont beaucoup travaillé. J’étais content de leur effort défensif, c’était nécessaire. On a changé de discours avec l’équipe depuis dimanche, c’était un peu plus fort, un peu émotionnel, pour être vraiment clairs et commencer un nouveau cycle, une nouvelle période. On doit tout donner pour terminer cette année avec succès. On a la possibilité avec ce dernier match en Ligue des champions et c’est le grand objectif maintenant».

Neymar a déclaré qu’il voulait rejouer avec Messi, en a t-il parlé avec vous ?

Tuchel : «Non je n’en ai pas parlé avec lui, je ne peux pas parler de ça. J’ai beaucoup de respect pour Barcelone et pour Messi. Je suis entraineur du PSG, je ne peux pas en parler».

Kylian n’a pas marqué depuis trois matchs avec Paris, comment relancer la machine ? Faut-il le laisser au repos demain ?

Tuchel : «On doit décidé aujourd’hui. Il y a plusieurs possibilités. Mais on a la responsabilité pour mardi, on doit aussi prendre des décisions. Je veux pousser l’équipe demain, et qu’on n’ait pas d’excuses pour préparer le match de mardi. Donc il y aura peut-être des changements. Pour Kylian je suis calme car il a fait un bon match, un meilleur match que d’autres où il a marqué. Mais il a été très fort lors de ce match, décisif pour nous, il a eu un grand impact, beaucoup de sprints offensifs et défensifs. Il a fait beaucoup d’efforts et il était toujours dangereux avec ses dribbles et sa vitesse. Il a eu un peu de malchance à la fin mais ça va venir s’il continue comme ça. Les occasions vont venir, on va en créer pour lui. Il peut être calme car je le suis aussi».

Votre relation avec Marquinhos est-elle différente de celle avec Thiago ? Quel type de capitaine est-il ?

Tuchel : «Pas grand chose n’a changé avec lui. J’étais très proche de Thiago Silva et je suis toujours proche de lui, et de Marquinhos. C’est très facile car c’est quelqu’un de très humble, d’agréable, de très ouvert dans les discours et de très honnête. Il est émotif et moi aussi, il est très honnête et ça fait plaisir de parler avec lui et d’être son entraineur. C’est un cadeau, parce qu’il a tout pour être l’un des meilleurs joueurs du monde, sur les deux postes comme défenseur et numéro six, c’est mon avis. C’est un plaisir parce que je peux observer sa qualité à chaque entrainement. C’est comme avec Thiago Silva, toujours les gars qui gagnent les jeux pendant l’entrainement, qui prennent les responsabilité et ça c’est la mentalité d’un leader. Il ne prend pas la parole comme Thiago, il est plus calme. Il est un exemple, un leader, et c’est la meilleure chose».

État de forme de Marco Verratti : doit-il être préservé ?

Tuchel : «On va le laisser à la maison, on ne peut pas prendre trop de risques. Il veut toujours jouer, rester sur le terrain chaque minute, mais on a vu contre Manchester que c’était nécessaire qu’il sorte. On l’utilise au maximum mais là, c’est le moment de le laisser à Ooredoo demain pour continuer à travailler, pour gagner plus de capacités et être un joueur-clé pour nous mardi».

Di Maria est-il capable de jouer dans les trois du milieu de terrain ? 

Tuchel : «Oui c’est une option, il peut jouer en numéro 8 comme il l’a fait au Real Madrid. J’étais très fan de lui quand il jouait à ce poste au Real. C’est une possibilité d’essayer oui».

Match de Montpellier de demain, est-il particulier pour votre groupe au vu des conflits entre joueurs sur le terrain ces dernières années ? 

Tuchel : «Je vais être honnête, je ne sais pas. Mais nous sommes entre deux matchs super importants pour nous. Je ne sais pas si on sent la même rivalité que Montpellier. C’est peut-être un avantage que nous ne soyons pas énervés, je ne veux pas voir de conflits sur le terrain, je n’aime pas ça. Je veux qu’on joue calmement, qu’on donne tout et qu’on continue le travail avec la même manière dont on a joué à Manchester. On ne peut pas perdre d’énergie avec des émotions contre l’adversaire. On a du respect, Montpellier est une équipe très dure, très physique, il faut beaucoup défendre. On doit jouer costaud et on va préparer ça».

Diallo a joué latéral gauche mercredi, peut-on le voir a ce poste sur le long terme ?

Tuchel : «C’était nécessaire parce qu’on a eu besoin de lui dans les coups de pieds arrêtés défensivement, et offensivement pour sa couverture avec sa vitesse et sa qualité dans les duels directs de 1 contre 1. Il est plus fort que Bakker et Kurzawa donc on a choisi cette option plus défensive pour stabiliser Kimpembe et Marquinhos en même temps contre les trois attaquants de Manchester. À la fin, on a eu la possibilité de laisser entrer Bakker qui est plus offensif et on a joué avec les 5. Je préfère Abdou comme défenseur central ou dans les trois défenseurs sur le poste gauche mais dans un match comme ça où il est nécessaire d’être costaud, c’est une possibilité et il l’a très bien fait ».

 

Paris United

GRATUIT
VOIR