à la uneAprès matchConférence de presse

Conférence de presse après PSG v Nice : « C’est dur, mais nous voulons toujours gagner. »

Le Paris Saint-Germain n’a pas réussi hier soir à s’imposer au Parc des Princes face à l’OGC Nice, concédant un match nul avec un but partout. Comme le veut la tradition, le coach des rouge et bleu s’est exprimé face à la presse.

 

Quel est votre bilan de la soirée ?

« C’est une phase bizarre. On a gagné le championnat très tôt et aujourd’hui nous manquons de beaucoup de choses. Mais c’est évident finalement, et on joue les matches comme des matches amicaux. Les joueurs manquent de tension avant le match, mais c’est normal et moi aussi car nous n’avons plus rien à gagner et plus d’objectifs à atteindre. Mais nous ne sommes pas contents de notre jeu, on manque de rythme et de beaucoup de choses : agressivité, accélération … d’un côté je peux le comprendre. Mais de l’autre côté ça montre que l’équipe a été extraordinaire pendant toute la saison, jusqu’à la trêve. La phase actuelle montre qu’il n’est pas facile pour nous de gagner, qu’il ne suffit pas de prendre le maillot, le ballon et après on gagne … non ce n’est pas comme ça. Voilà mon analyse et mon explication. C’est dur, mais nous voulons toujours gagner. »

 

Vivement que la saison se termine alors ?

« Oui ce serait bien que ça se finisse, mais ce n’est pas fini. On joue pour nous, pour nos supporters, on peut mieux faire. Notre défaite en finale en Coupe de France a été très dure. Mais maintenant il est compliqué pour nous de réaliser notre meilleure performance. »

 

Edinson Cavani a été très précieux sur les deux mi-temps, qu’avez-vous pensé de son match ?

« Il a eu quelques occasions, mais il n’a pas marqué. C’était un match normal pour moi. »

 

La situation actuelle ne va-t-elle finalement pas vous faciliter la tâche pour préparer la saison prochaine, faire le grand ménage ?

« Nous sommes attentifs et on observe tout. Mais pour moi c’est l’inverse : je pense que si on est là aujourd’hui c’est parce que nous avons très bien fait hier, l’équipe a été excellente jusqu’à il y a quelques semaines, mais l’issue du championnat était décidée pour nous. Je dis toujours que ce n’est pas facile et que nous avons une mentalité extraordinaire, puisque tout le monde pense que c’est normal pour nous de gagner, gagner et gagner … mais ce n’est pas comme ça et on peut le voir maintenant. Les gars ont essayé de montrer ça lors de la finale : j’ai été intransigeant sur ce match pour la prochaine saison. Mais maintenant je suis plus indulgent. »

 

Des joueurs comme Paredes notamment n’apportent pas leur pleine mesure, on a le sentiment que vous êtes moins forts qu’en janvier alors vous étiez censés vous renforcer.

« Nous sommes une équipe avec 14 joueurs depuis janvier. Or il nous aurait fallu au moins 18 ou 20 joueurs pour atteindre notre objectif. Et pour ça je suis content pour mon équipe qui a très bien fait. Il manque des joueurs au milieu, c’est clair. Leandro est un joueur qui joue haut mais il doit toujours jouer avec Marco, qui a été blessé d’ailleurs … c’est toujours la même chose et au final on joue avec Juan Bernat. Pour créer de la performance il est nécessaire que tous les gars soient à l’entraînement, ce n’est pas le cas. On prépare les matches avec 14 joueurs, et des très jeunes qui ne sont pas encore faits pour jouer la Ligue 1. Dans ces 14, beaucoup ne sont pas titulaires. C’est très difficile pour nous de montrer notre qualité. »

 

C’était compliqué de maintenir le 1 – 0 ce soir ?

« Oui on veut et je peux comprendre, je pense vraiment que l’équipe veut donner ça pour les spectateurs mais ce n’est pas facile. On doit respecter car c’est Nice, c’est un match de Ligue 1 et ce n’est pas « normal » de gagner 3-0, 4-0, 5-0 … c’est possible mais seulement si nous sommes tous là et que nous jouons à notre meilleur niveau. Mais en ce moment c’est plus dur pour nous. Si l’on veut faire ça, il nous faudra surmonter des obstacles, surmonter un adversaire qui joue à 100%, de manière agressive … il ne nous est pas possible aujourd’hui d’être à notre meilleur niveau. C’est dommage, je n’aime pas ça, mais ce n’est pas le moment d’être en colère … c’est un peu bizarre. »

 

Ça ne va pas être compliqué de repartir ensuite après cette saison compliquée ?

« Pour moi ce n’est pas une question d’organisation ou que nous perdons notre structure. On manque de rythme, de vitesse, d’accélération, d’agressivité. Il y a eu beaucoup d’erreurs individuelles. Je pense que jusque le match contre Marseille, ce sont deux buts contre nous avec des coups de pieds arrêtés. Après c’était dix. Cela ne veut pas dire que nous avons perdu notre structure, nous avons perdu des joueurs clés et notre mentalité. Après tout cela, il est normal que tout soit compliqué. Mais tout cela va changer bien sûr. On y fera attention lors de la préparation. Nous avons besoin de recruter des joueurs fiables. Les gars ont montré de bonnes performances et ils sont fiables. Mais il faut créer de la performance sur la durée, et ça passe par la concurrence. »

 

Pourquoi faire jouer Neymar aussi haut ? Pourquoi ne pas avoir fait jouer Metehan Güclü ?

« Il n’a pas pu beaucoup jouer car il n’a pas fait beaucoup d’entraînements, très souvent blessé. Pour Ney, c’est nécessaire qu’il joue très haut car il peut être décisif. C’est notre objectif, de le trouver entre les lignes et il n’est pas nécessaire qu’il défende très bas. Pour moi, c’est son poste préféré, où il peut être le plus dangereux. Mais avec lui c’est pareil, je suis assez surpris car il a pu beaucoup jouer. Il est dangereux et décisif, même s’il est dommage qu’il n’ait pas pu marquer une deuxième fois ce soir. »

 

Propos recueillis par Mouss.