Photo : Conférence de presse de Christophe Galtier avant PSG - Juventus
à la uneArticleBoard & StaffCompétitionsConférence de presseLe Club

Christophe Galtier : « Souffrir pour gagner, ça permet de faire grandir un groupe »

En introduction de la conférence, l’entraineur parisien a fait une mise au point sur les derniers événement : « J’ai fait une blague de mauvais gout sur un sujet très sensible. Au PSG on n’est pas hors sol et tout le monde ici fait très attention aux problèmes du climat. Je n’ai pas à présenter d’excuses, c’était une blague de mauvais goût ».

 

Est-ce que c’était le match que vous attendiez ?

On a eu de gros temps forts en première période. On. Mène au score logiquement mais j’étais satisfait de ce que produisait l’équipe avec et sans ballon. La manière de défendre, de combiner, d’échanger. Quand vous menez 2-0, il y a le fameux troisième but. Cette fois, il était du mauvais côté. On aurait dû être mieux placé sur le corner, dès le départ. Nous avons eu les opportunités pour tuer le match mais c’est aussi ça la ligue des champions. Il a fallu travailler dur pour ne pas concéder le match nul.

Qu’avez-vous pensé de Kylian Mbappé ?

Il a fait un grand match et une grande première période. Je n’ai pas vu les images encore sur l’action de la seconde période où il oublie apparemment Neymar. Je ne sais pas s’il l’a vu mais je suis satisfait de son match mais aussi du trio offensif.

Verratti et Vitinha vous apportent-elles des garanties pour le très haut niveau ?

Oui, ils sont connectés entre eux mais aussi avec leurs coéquipiers. Ils ont été très bons mais il va falloir trouver aussi d’autres associations pour la durée de la saison parce que physiquement ça dépend beaucoup d’efforts.

Qu’avez-vous pensé de la prestation d’Hakimi ?

Je suis très satisfait de son début de saison. Je pense que le système et l’animation lui permettent de jouer sur ses points forts. Il s’améliore également dans sa capacité à mieux défendre. On est exigeant avec lui parce qu’il y a une forte concurrence.

On a senti la fatigue mais aussi dans la défense des espaces entre Marquinhos et Ramos. La juve a poussé de ce côté-là. Comment régler cela ?

C’est lié au nombre de joueurs à l’intérieur du jeu mis par la Juve. On a eu du mal à coulisser. Il aurait fallu qu’on sorte plus vite sur les côtés pour éviter que leurs joueurs de côté se mettent face au jeu. Mais souffrir pour l’emporter, ça permet aussi de faire grandir un groupe.

Paris United

GRATUIT
VOIR