à la uneAprès matchArticleCompétitionsL'équipeLe Club

Pourquoi Paris a souffert en première période ?

Si les parisiens ont tant souffert en première période, c’est qu’ils n’ont pas respecté un principe de base de l’animation défensive. Comme l’a dit Pochettino, ils pensaient alors plus à la qualification qu’à jouer.

Comme il fallait s’y attendre, le Barça qui est venu à Paris avait décidé de se donner une chance d’y croire. Dès les premières minutes, les catalans ont été plus haut sur le terrain, plus denses à la récupération du ballon aussi. Le problème, c’est qu’une fois le ballon récupéré, ils n’ont pas été gênés par les parisiens qui ne pensaient alors qu’à maintenir l’écart sur le score cumulé. Si Paris a autant souffert, ce n’est pas parce qu’ils avaient décidé de subir mais parce qu’ils l’ont fait de la plus mauvaise manière.

Un des principes de l’animation défensive, c’est d’aller cadrer le porteur de balle. Pourquoi ? Quand vous cadrez le porteur, vous lui donnez moins de temps pour trouver des solutions. Ensuite, vous l’empêchez également de trouver des intervalles de passes pour jouer vers l’avant (voir la minute coach). L’exemple, c’est ce que Monaco a fait contre le PSG au Parc des Princes (0-2). Les monégasques avaient ciblé les joueurs clés de la construction, et notamment Paredes en l’absence de Verratti. Dès que l’argentin recevait le ballon, un joueur de la principauté sortait immédiatement pour l’empêcher de jouer vers l’avant. Résultat ? Paris n’avait jamais réussi à se créer des occasions ne réussissant presque jamais à passer ce premier rideau défensif.

Pochettino a recadré tout le monde à la pause

Si les partenaires de Marquinhos n’ont pas été agressifs, c’est tout d’abord parce qu’ils ont eu peur. Peur de se faire éliminer et donc de subir des occasions barcelonaises. Ils se sont donc regroupés et alignés et c’est donc l’inverse qui s’est produit : le Barça s’est créé près de dix occasions nettes en première période.

Les footballeurs pensent souvent que c’est en jouant bas et regroupés qu’ils seront plus solides et moins en danger. Énorme erreur. Plus vous jouez bas, plus vous vous exposez à des occasions mais aussi des faits de jeu : une frappe contrée, une faute et un penalty.

De plus, quand vous êtes bas, vous permettez à l’adversaire de jouer très haut et en nombre et donc à récupérer le ballon très vite à la perte de balle par un contre pressing dense et efficace. C’est ce qui s’est passé en première période.

Heureusement pour le PSG, Dembélé a manqué d’efficacité et Navas était en très grande forme, stoppant le même penalty de Messi juste avant la pause. C’est d’ailleurs à ce moment-là que le match s’est sûrement joué.

Durant la mi-temps, Pochettino a alors montré aux joueurs et en vidéo les manques et notamment d’agressivité sur le porteur de balle. Il décidera également de remplacer Kurzawa par Diallo. Tout cela réuni, ça va modifier légèrement le comportement de l’équipe et permettre aux joueurs de la capitale de moins subir.

Alors oui, le PSG s’est qualifié et c’est l’essentiel. Mais il ne faudra pas oublier cette première période et prendre conscience de toutes ces erreurs pour ne pas la reproduire. En ajoutant à cela le retour de Neymar (adducteurs) et Kean (Covid-19), oui, il y a de l’espoir pour la suite de la saison.

Paris United

GRATUIT
VOIR