à la uneActualités du ClubArticleAvant matchCompétitionsPrésentation

Les limites de Leipzig à exploiter

Après avoir observé les forces de Leipzig, nous poursuivons notre analyse sur les faiblesses du club allemand avant une demi-finale historique ce mardi soir face au PSG en Ligue des champions. 

Une défense avec des espaces

Leipzig est une équipe en quelque sorte prévisible car elle part de la défense, elle cherche un relais avec ses milieux qui vont amorcer rapidement une transition offensive ou bien garder le ballon car ils ont une certaine aisance technique. Même si elle peut faire tourner créant un faux-rythme, le RB Leipzig va presque toujours chercher à se projeter vers l’avant, avec ses schémas de passes et des joueurs constamment en mouvement avec leurs latéraux qui montent très haut lors de leurs offensives. Quand elle n’a pas le ballon, cette équipe presse rapidement l’adversaire pour ne pas le laisser respirer. Une grosse densité est mise autour du porteur du ballon. Si Paris arrive à passer outre et à trouver des joueurs dans l’intervalle, cela peut faire très mal car cette équipe peut facilement être déséquilibré. Upamecano est parfois très haut le terrain, la montée des latéraux comme Angeliño laisse de grands espaces qu’il faudra exploiter derrière eux. Alors quand tu as un joueur comme Thiago Silva qui est très bon dans l’anticipation, un joueur comme Paredes qui sur un contrôle orienté et une passe peut casser une ligne ou deux, un joueur comme Neymar qui va créer le décalage, et Mbappé avec ses qualités de percussions et de dribbles, cela peut être de bonne augure pour se projeter rapidement en contre dans le dos de la défense et se retrouver en face-à-face avec Gulácsi. En revanche, il ne faudra pas faire comme contre l’Atalanta et que Neymar soit obligé de redescendre bas sur le terrain pour faire le jeu seul et surtout aligner le même milieu. Sinon Paris n’arrivera à ressortir quasiment aucun ballon et cela peut-être très long et frustrant. Thomas Tuchel doit titulariser dans son milieu au moins un joueur créatif et dans l’idéal peut-être même deux pour réussir à ressortir le ballon proprement et à alimenter les joueurs offensifs.

Une équipe jeune 

Leipzig ne l’oublions pas reste une équipe très jeune malgré des cadres comme Gulácsi et Poulsen bien qu’ils n’aient respectivement que 30 et 26 ans. On peut penser que cette équipe peut se faire dépasser sur l’aspect mental à cause de son manque expérience et de la fougue de sa jeunesse mais ce n’est plus vrai. Nagelsmann a fait franchir un cap mentalement à cette équipe, les victoires contre Tottenham et surtout l’Atlético en témoignent. On aurait pu penser que malgré une belle prestation, avec l’entrée de Joao Félix et son égalisation, Leipzig aller s’effondrer et perdre le match. Eh bien non, ce fut l’inverse, il y a certes de la réussite sur la frappe contrée d’Adams mais les Allemands se sont projetés et se sont procurés des occasions de buts comme à leur habitude. Contrairement aux matchs de Bundesliga, les limites de Leipzig se voient moins en Ligue des champions car ils sont toujours très motivés et impliqués ce qui font d’eux des adversaires redoutables.

Yanis Boudjenane pour Paris United

Crédit photo : dierotenbullen.com/fr

Paris United

GRATUIT
VOIR