Barcelona's coach Luis Enrique looks on during the UEFA Champions League quarter final first leg football match Juventus vs Barcelona, on April 11, 2017 at the Juventus stadium in Turin. / AFP PHOTO / GIUSEPPE CACACE (Photo credit should read GIUSEPPE CACACE/AFP/Getty Images)
ArticleInfos Paris U

[Info Paris U] Luis Enrique s’empare de la pôle position.

Ça bouge dans la course qui couronnera le choix du futur entraineur. Depuis des jours, lobbyings et autres propagandes des uns et des autres, en faveur de son candidat favori, battent leur plein au sein de Paris Saint Germain.

 

Comme évoqué précédemment, que ce soit à la direction ou dans le vestiaire, chacun a une envie, une préférence, un avis, mais certaines voix comptent plus que d’autres. Sans surprise celle des Brésiliens, et de leur chef de file, Neymar Jr, reçoit attention et écho du côté de la direction.

 

Desiderata sans bla-bla

Le déplacement au Brésil, de Nasser Al-Khelaïfi, accompagné de son directeur sportif, a ainsi été le théâtre d’échanges privilégiés avec la star du projet parisien. Les débats se sont focalisés sur plusieurs noms dont deux plus particulièrement : Antonio Conte et Luis Enrique.  Le numéro dix parisien n’y est pas allé par quatre chemin. Un, il ne s’est pas privé de faire savoir qu’il n’était pas fan du football prôné par Antonio Conte. La rencontre entre les représentants du coach italien et la direction parisienne qui s’était avérée positive, restera donc probablement lettre morte devant ce qui s’apparente à un veto. Deux, il a affirmé sa préférence, à savoir Luis Enrique. L’attaquant a été très clair : il faut que le nécessaire soit fait pour finaliser sa venue.

 

En piste Pini

Et quand Neymar veut, le bon génie s’appelle Pini Zahavi. Celui-ci est une nouvelle fois au cœur de l’action pour mettre tout le monde d’accord. Ainsi les choses prennent donc une tournure qui est de nature à faire abdiquer le reste du vestiaire qui sait le poids énorme de la voix du Brésilien et de ses compatriotes. Même s’il existe, un son de cloche auriverde dissonant puisque Thiago Silva continue à préférer Carlo Ancelotti. Ce dernier a déjà reçu des offres de Chine et de Russie, notamment du Lokomotiv Moscou. Au final, plus que le nom de l’entraîneur, ce qui compte pour Paris, c’est de mettre sa star dans les meilleures dispositions pour la future campagne européenne. La seule qui compte. La seule qui vaille. Celle pour laquelle il est venu.

M.A.J 19h01: Nous sommes en mesure de confirmer que l’ex-l’entraîneur des Blaugranas répond favorablement aux sollicitions parisiennes. Le blocage actuel se situe au niveau du coût financier pour le faire venir lui et son staff, car il est jugé trop élevé pour l’instant. Les négociations se poursuivent. A suivre.

 

C.M