à la uneArticleDirigeants & StaffL'équipeLe ClubLes joueurs

Une (R)évolution indispensable

Entre l’élimination à Manchester, et la qualification de Tuchel, le PSG doit prendre conscience de ses manques et de ses défaillances. Sans révolution, à part un miracle, il n’y aura pas de progression.

Le PSG a été éliminé mardi soir et ne retrouvera pas la finale de la ligue des champions quelques mois après avoir perdu celle face au Bayern. Le lendemain, Thomas Tuchel, remercié en décembre dernier par le club de la capitale, rejouera la finale avec son nouveau club de Chelsea.

Ne tombons pas dans les raccourcis ou dans les clichés imbéciles qui diront qu’il fallait garder Tuchel ou qu’il aurait atteint la finale s’il était resté. Personne ne sait ce qu’il se serait passé, mais ce qui est sûr, c’est que l’entraineur allemand était arrivé au bout de son aventure, pour de multiples raisons.

Il ne faut pas oublier que les premiers de Thomas Tuchel à Chelsea ressemblent fortement à ses débuts au PSG. L’équipe avait démarré avec une série de 14 victoires sur les 14 premières rencontres sous les ordres de l’allemand. On voyait des choses se mettre en place et lui avait pris la main, intégrant même de nombreux jeunes comme Diaby ou Nkunku. Sans refaire l’histoire, il y a eu deux cassures : l’élimination face à United en 2019 puis l’arrivée de Leonardo.

Quelles qu’en soient les raisons, l’aventure Tuchel au PSG était finie

L’ex-entraineur était alors tombé dans des conflits, ses conférences de presse devenaient des règlements de compte et même ses choix semblaient être des affrontements. Aligner Marquinhos au milieu par exemple, puis Danilo derrière étant les deux plus marquants.

Ce qu’il faut analyser dans tout cela, c’est le rôle du club et de ses dirigeants. En conférence de presse après la qualification de Chelsea, il a envoyé quelques messages là-dessus. Il a déclaré qu’il avait trouvé un club fort, qui le soutenait, mais aussi un groupe de joueurs travailleurs et un championnat qui ne te permettait aucun relâchement.

Sur le championnat et le travail des joueurs, on peut facilement comprendre que la ligue 1 ne t’oblige pas à être toujours à fond et donc te permet de moins travailler, de te reposer sur tes acquis, et donc, aux joueurs, de ne pas se donner à fond. Tout cela entraine un manque qui se paye à un moment dans la concentration, l’investissement et la performance des joueurs. Mais le plus important est ailleurs. En parlant du club, Tuchel a mis le doigt sur le problème du PSG.

Avec la faiblesse de la ligue 1 et le manque de reconnaissance, le club de la capitale est obligé de surpayer ses joueurs pour les faire venir, mais il est aussi obligé de tout leur passer. Le manque d’exigence est alors un frein à l’épanouissement, à la progression et à la performance de l’équipe. Mais surtout, ça place les joueurs au-dessus du club.

Quand le PSG est suspendu à la décision de Neymar et Mbappé concernant la prolongation, mais surtout quand c’est eux qui décident du timing, c’est un problème. Quand un entraineur déclare que c’est Mbappé qui décide s’il joue, quand il joue et même quand il doit être remplacé, il met le joueur au-dessus du coach, au-dessus de l’équipe et donc au-dessus du club. Finalement, tout ce qu’on voit, avec plus ou moins d’importance, chaque saison depuis que QSI est arrivé.

En mettant ces joueurs au-dessus de tout, vous leur octroyez un statut trop important. Pourtant, ils ont des devoirs. Quand on est payé autant, on a des comptes à rendre au club qui vous paye. Sauf que comme le club pense que sans eux, c’est impossible, ils n’ont plus de devoirs mais que des droits, voire des passe-droits.

Le club doit être au-dessus de tout et tous

L’entraineur doit alors se soumettre et composer avec ses statuts, mais c’est ingérable. Quand un joueur semble blessé mais qu’il ne veut pas sortir, vous jouez à 10. Quand un joueur n’est pas performant, mais que si vous le sortez, vous vous exposez à un drame médiatique et à une non-prolongation de contrat, votre collectif devient moins performant. Quand vous un joueur ne respecte ni les consignes, ni le collectif et que vous ne pouvez pas le sortir, vous jouez à 10 et vous exposez votre collectif. Quand vous devez adapter votre collectif parce que deux ou trois joueurs ne veulent pas défendre, vous tuez votre collectif. Quand un joueur veut jouer tous les matchs en entier pour faire gonfler ses stats, alors qu’on est dans une saison compliquée par le Covid et le manque de préparation, vous vous exposez à une blessure musculaire qui va vous handicaper dans un match important.

Si le PSG veut franchir un cap, il doit changer. Le club doit être au-dessus de tout, des joueurs, de leurs caprices, mais aussi les mettre devant leurs responsabilités. Quand un joueur doit prolonger, c’est le club qui fixe le calendrier et qui met un stop quand ça traine trop. Si ça traine, c’est que le joueur n’est pas convaincu par le bien-fondé de sa prolongation, alors bonne route. Le Bayern a stoppé les discussions avec Alaba, décidant que ses envies étaient trop élevées, quitte à le laisser partir gratuitement, et n’a pas laissé le joueur faire trainer les choses jusqu’au mois de mai. Au Réal, Ronaldo a prolongé plusieurs fois alors qu’il était ultra performant. Mais à un moment, même pour lui, le club espagnol a décidé de dire stop, a fixé le prix de vente et quand la Juve s’est présentée, il a quitté le club.

Enfin, le PSG doit se concocter une vraie politique sportive. En recrutant deux joueurs pour 400M€, le PSG s’est lui-même empêcher de recruter deux bons latéraux, un troisième défenseur central de haut niveau et un top milieu par exemple. Le PSG doit arrêter de vouloir des noms mais doit aller chercher des joueurs compétitifs. Enfin, le PSG doit travailler sur un collectif et pas sur l’addition d’individualités.

Non, le problème n’est pas l’élimination face à City. Le problème est de n’être que dépendant aux envies de Neymar de respecter le football, aux envies de Mbappé de jouer tous les matchs, à la manière dont Icardi, physiquement, n’est plus un joueur de haut niveau, parce que tous sont dans un confort et que le club laisse faire. Si Paris veut vendre des maillots, alors il peut continuer dans la même direction. Mais si le PSG veut remporter la ligue des champions, il doit changer de statut et construire avec une vraie politique sportive.

Crédit photo: francefootball.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR