à la uneDirigeants & StaffL'équipe

Thomas Tuchel a bien changé

Un an seulement après son arrivée au PSG, Thomas Tuchel n’a plus de temps à perdre, et il n’aura plus le droit à l’échec. Après deux coupes nationales perdues, et une nouvelle élimination en huitièmes de finale de ligue des Champions, l’heure est à la reconquête. Après le départ de Antero Henrique, le coach parisien semble soulagé et il a retrouvé le sourire. Mais dès dimanche, face à Nîmes, la défaite est interdite, et la pression est déjà très forte.

Un nouveau départ

Le bilan de la première saison de Thomas Tuchel à la tête du Paris Saint-Germain restera un échec retentissant en terme de résultats. La perte des deux coupes nationales, l’élimination prématurée sur la scène européenne, une fin de saison en championnat avec une succession de défaites inacceptables, tout cela pèse lourd et la déception est immense. Et surtout cela est incompatible avec les moyens et les ambitions dictées depuis Doha.

Pour autant, la saison 1 de l’ère Tuchel peut être un tournant. Les conséquences auront touché de nombreux secteurs, du médical au sportif, et les joueurs ont été directement visés. Contrairement à Antero Henrique, le coach allemand a traversé la tempête, vent contre, il repart de l’avant avec un nouveau trophée des Champions, et un effectif stabilisé et renforcé selon certains de ses souhaits. Le principal changement qui autorise à penser que le PSG a pris un virage notable, est l’arrivée de Leonardo avec les pleins pouvoirs. Le brésilien est le nouveau patron, radicalement différent de son prédécesseur qui n’en était pas un.

En deux mois, tout a été dit, entendu, clarifié. A chacun ses responsabilités et sa place, le PSG est à nouveau en ordre de marche, et c’est à Thomas Tuchel de faire tourner l’effectif à plein régime. Dans ce nouveau schéma, le technicien allemand n’a plus le droit à l’erreur : beaucoup de conditions sont maintenant réunies pour que le Paris Saint-Germain continue de grandir plutôt que de rêver. La saison 2 de Thomas Tuchel au PSG devra être tout sauf banale, et on sait tous ce que cela veut dire. Comprenez que le club de la capitale devra à minima être champion à l’automne puis en été, et surtout traverser l’hiver sans encombre en ligue des Champions et s’imposer au printemps. Les objectifs n’ont pas changé, ils sont colossaux, et ça, Thomas Tuchel le savait avant d’arriver. A lui de prouver qu’il est à la hauteur pour conduire le PSG vers les sommets.

Le recrutement et le nouvel état d’esprit du groupe

Contrairement à d’autres, Thomas Tuchel avait alerté très tôt la saison dernière sur les manques dans l’effectif mis à disposition. Le secteur du milieu de terrain notamment était la cible de toutes ses critiques tant en volume de joueurs, qu’en volume de qualités. Les arrivées de Sarabia, Herrera, Diallo puis Gueye ont comblé le coach parisien, et amené un concurrence saine et nécessaire. A tel point que selon nos informations, son attitude très négative en fin de saison dernière, depuis la fin du printemps, est totalement inversée. Il faut savoir que l’entraîneur allemand a considérablement mal vécu sa relation avec Henrique, avec qui la confiance était rompue, au point de refuser toute communication directe en interne comme envers l’extérieur. Ce qui se traduisait d’ailleurs par des interventions et des conférences de presses plutôt musclées et inhabituelles de la part du coach parisien.

Thomas Tuchel n’est plus le même, il a été entendu et ses souhaits en terme de recrutement ont été exaucés. L’arrivée du sénégalais Idrissa Gueye est peut-être le signe le plus fort envoyé par Leonardo : l’ancien milieu de terrain lillois était la priorité de Tuchel à ce poste depuis le dernier mercato hivernal.

Dans ces conditions, le staff parisien affirme que le moral des troupes est au beau fixe, et que l’état d’esprit du groupe devenu plus homogène est tout autre en terme d’implication et motivation. Ce qui voudrait dire que le nouveau message de la direction sportive est clairement passé, et que le cap est lui aussi clairement défini et intégré, à ce jour. Concrètement, l’ambiance dans le vestiaire parisien semble avoir changé et les leaders se dégagent, à l’image de Marquinhos qui pourrait bien être l’exemple à suivre. Le défenseur brésilien, qui ne se prive plus de déclarer publiquement son attachement au Paris Saint-Germain, est revenu de la Copa America dans une forme étincelante et il se dit déjà qu’il pourrait franchir un nouveau pallier au PSG cette saison.

Son directeur sportif d’un côté, ses joueurs cadres de l’autre, l’entraîneur parisien peut s’appuyer sur ces nouveaux piliers, cette nouvelle dynamique naissante, et il a tout pour réussir, là ou d’autres ont échoué. Dès ce début de saison, tout faux-pas est interdit pour Thomas Tuchel qui n’aura pas de troisième chance. Leonardo est un homme pressé, il l’a montré en l’espace d’un été.

 

Crédits : psg.fr, Paris United

Rédaction pour Paris United, Fredi

Paris United

GRATUIT
VOIR