à la uneArticleCompétitionsL'équipeLe Club

PSG v Basaksehir: Dans l’histoire

Ce PSG–Basaksehir restera dans l’histoire de la Ligue des champions. Pas pour le côté sportif mais pour sa portée symbolique du combat contre le racisme.

On aurait aimé écrire que le PSG s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions pour la neuvième fois consécutive. Mais ce PSG–Basaksehir marquera une page d’histoire à un autre titre.

Alors qu’on joue la 13ème minute, le quatrième arbitre est accusé d’avoir tenu des propos racistes envers Pierre Achille Webo. Le match est interrompu. Après plusieurs minutes de discussion, menées par Demba Ba, les deux équipes décident de quitter la pelouse. Tout un symbole.

Habituellement, les insultes ou attitudes racistes viennent des tribunes. Ce soir, il n’y avait pas de public et c’est du 4ème arbitre que sont venus les propos. Habituellement, ça discute, et tout le monde reprend sa place, sur la pelouse. Mais pas ce soir.

Une belle solidarité

Alors oui, il serait facile de minimiser, par de multiples subterfuges. Mais ce soir, il faut saluer l’attitude de Demba Ba, tout d’abord. Puis, dans un élan de solidarité, saluer l’attitude des parisiens. Parce que oui, les joueurs du PSG ont été dignes. Il aurait été facile de dire « on n’a rien entendu », de rester sur la pelouse et de laisser les turcs quitter le terrain, de laisser l’UEFA donner match perdu aux turcs, d’être qualifié et de passer à autre chose.

Emmenés par Kimpembe, Marquinhos, Neymar et Mbappé, les joueurs de la capitale ont suivi leurs adversaires du soir et ont rejoint leur vestiaire. Finalement, le match reprendra demain à 19 heures au moment où il s’est arrêté, à la 13ème minute.

Ce soir, ce match est entré dans l’histoire de la Ligue des champions. Par la grande porte dans l’attitude, par la toute petite par les propos tenus. Malgré cela, il faudra espérer que tout cela fera avancer les mentalités, mais aussi que ce ne soit pas juste un coup d’épée dans l’eau.

C’est désormais vers l’UEFA que les regards vont être tournés dans l’attente des décisions. Il ne suffit pas de clamer, dans des campagnes marketing, « Say no to racism », il faut le mettre en œuvre. À eux de jouer.

Place au terrain demain, à 19 heures, avec un PSG déjà qualifié quel que soit le résultat, mais qui essaiera d’aller chercher la première place du groupe en s’imposant.

crédit photo: lepoint.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR