à la uneArticleL'équipeLe Club

Pochettino: Nouveau coach, nouvelles méthodes

Les parisiens reprennent l’entrainement ce dimanche 3 janvier, mais avec un nouvel entraîneur et d’autres méthodes. Des changements dont on n’a jamais la certitude qu’ils vont fonctionner immédiatement.

Mauricio Pochettino a donc été officiellement nommé comme entraineur du PSG. Quand un entraineur arrive, il vient avec son état d’esprit, ses valeurs, son idée de jeu et ses méthodes de travail. Le changement pour les joueurs peut alors s’avérer compliqué.

Oui, en général, quand il y a changement de coach, il y a prise de conscience, remise en question, et même plus d’investissement. Tout d’abord parce qu’on ne connait pas le nouvel entraineur mais aussi parce que souvent, les cartes étant redistribuées, on joue sa place, pour certains en tout cas.

Mais dans le football, comme dans de nombreux sports, les habitudes sont difficiles à évacuer. On l’a connu sous Emery par exemple, quand certains joueurs se plaignaient du travail tactique, de l’intensité de certaines séances, au point, parfois, de ne pas faire certains exercices mis en place par le coach espagnol.

On le sait, certains joueurs ne souhaitaient pas le renvoi de Thomas Tuchel justement parce qu’ils avaient leur tranquillité. Certains pouvaient se permettre de ne pas s’entraîner à fond, d’autres de rester en soin, de toute façon, à part cataclysme, ils étaient sûrs de jouer. Évidemment, quand on s’entraine mois ou moins bien, on est très souvent moins performant. Mais il y a un autre problème.

Un risque de blessure élevé

Le corps humain est fait de telle façon qu’il s’habitue à tout : aux bonnes choses comme aux mauvaises. Quand vous prenez l’habitude de vous défoncer à l’entrainement, votre corps enregistre et, le jour du match, il vous demande presque de faire plus d’efforts. Au contraire, quand vous ne faites que le strict minimum en séance, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour que votre corps soit performant : vous serez limités. Pour être concret, si vous vous entraînez pour courir un 10km en 55 minutes, votre corps, même avec la plus grande volonté, ne sera pas en mesure de vous le faire courir en 35 minutes le jour de la course. Mais ce n’est pas tout.

Ces habitudes s’apprennent. Avec le changement de méthodes, si cela se confirme, les joueurs mettront quelques semaines à emmagasiner les efforts. C’est une des raisons pour lesquelles les entraîneurs aiment prendre une équipe en début de saison et pas en cours. Parce que chaque préparation d’avant-saison est préparée et adaptée à un calendrier et une méthode de travail. Quand vous arrivez en cours de saison, la préparation réalisée par l’ancien coach ne correspond pas forcément à la vôtre. Il faut alors réhabituer le joueur à un autre travail.

Ce changement peut alors provoquer plusieurs complications pour les joueurs. Tout d’abord de la fatigue. Quand vous passez d’entrainements légers à des entrainements intenses, il se peut que pendant les premières semaines vous ressentiez beaucoup de fatigue le temps que votre corps s’adapte. Évidemment, avec la fatigue, c’est le risque de blessure qui augmente. Là aussi, pas de hasard, quand vous sollicitez plus vos muscles que vous n’en aviez l’habitude, le temps que ceux-ci emmagasinent la charge de travail, le risque de blessure augmente. Ce n’est pas pour rien si, quel que soit le sport, il y a une montée en puissance, des charges de travail qui croissent au fur et à mesure.

S’adapter à un nouveau style de jeu

En plus des problèmes athlétiques, il va y avoir le jeu. Pochettino ne fait pas jouer ses équipes comme Thomas Tuchel. Il va donc falloir s’imprégner de nouveaux principes. S’il existe une pré-saison et des matchs amicaux, c’est aussi que cette période permet de mettre en place ses principes de jeu sans la pression liée aux résultats. En arrivant maintenant, l’argentin va devoir mettre en place son équipe mais avec des matchs officiels aux conséquences importantes étant donné qu’on arrive presque à la moitié de la saison.

Sauf que Paris n’a pas le temps. Le championnat est bien lancé et la Ligue des champions arrive très vite, dès le 16 février avec ce déplacement à Barcelone. Il va donc falloir que Pochettino apprenne à connaitre son groupe, mette ses méthodes en place, tout en gérant les charges de travail en fonction de ce qui a été fait avant pour ne pas cramer les joueurs.

La dernière fois que le PSG a changé de coach en cours de saison, et c’était à la même période, c’est quand Ancelotti a remplacé Kombouaré. Le club était alors en tête de la Ligue 1. Le temps que l’italien se mette en place, qu’il trouve le bon dosage des séances, qu’il trouve le bon système de jeu, Montpellier était passé devant et finira champion de France devant les parisiens. Mais tout cela, c’était la première année de QSI à Paris. Tout a changé depuis et personne ne tolérerait de ne pas être au moins champion de France.

Oui, le changement semblait nécessaire mais il n’est jamais sans risque. La question n’est plus de savoir s’il fallait ou pas, si c’était le bon moment ou pas,  il faut se mettre au travail. Pochettino a du pain sur la planche.

Paris United

GRATUIT
VOIR