Thomas tuchel
à la uneConférence de presse

Ligue 1 / Paris v Metz : Conférence de presse de Thomas Tuchel : « Le défi est de grandir suite à cette situation, d’apprendre. »

À la veille du match contre Metz, Thomas Tuchel a répondu aux questions des journalistes en conférence de presse. Le coach allemand évoque notamment la préparation de la rencontre de demain, qu’il doit gérer avec un effectif très réduit. 

Etat d’esprit actuel après la défaite contre l’OM

Thomas Tuchel : «On a eu trois défaites consécutives, et on n’est pas habitués à cela, c’est clair. Mais pour nous, c’est toujours important de regarder le contexte, voir la réalité et ce qui est possible. Pour moi, on a fait un bon match pour cette phase et on ne peut pas seulement regarder le résultat. Tout le monde veut dire qu’on est en crise de résultats. Oui, c’est la réalité ce n’est pas un problème, on l’accepte. Mais, on peut seulement contrôler notre performance, notre état d’esprit, notre qualité sur le terrain et on doit accepter qu’on joue maintenant sans attaquant, on arrive avec beaucoup de joueurs qui reviennent du Covid-19, on arrive sans préparation, et c’est pour ça que pour moi il était clair que le début de saison serait difficile. J’étais presque surpris de la qualité avec laquelle on a joué contre Marseille, pour moi, il y avait deux classes de différence entre les deux équipes et c’est pour ça que je suis très calme. Quand on aura des attaquants sur le terrain, on gagnera des matchs.»

Marquinhos capitaine ? Quel poste pour le brésilien ? 

T.Tuchel : «Oui c’est logique que « Marqui » soit le capitaine. Quand Thiago Silva et Kimpembe étaient là avec toute leur capacité et qualité, c’était pour moi la meilleure solution de laisser Marquinhos au milieu parce qu’il donne beaucoup, il aide tout le monde, il est capable de faire du contre-pressing, il est capable d’aider les défenseurs centraux, de marquer des buts décisifs comme il l’a montré en Ligue des Champions. Pour moi, c’est un complément, extraordinaire, par exemple à Verratti. Aujourd’hui on ne peut pas faire ça, il doit commencer comme défenseur central. Si on a une recrue qui a le même niveau que Thiago Silva, les mêmes qualités, alors on aura la possibilité de laisser jouer Marquinhos au milieu. Il peut faire les deux, il est très important pour nous et je suis très heureux qu’il rejoigne aujourd’hui le groupe. Peut-être qu’il jouera demain, c’est la même situation qu’avec « Ney » et Di Maria pour le match contre Marseille.»

Sa satisfaction dimanche soir, après le match contre Marseille

T.Tuchel : «On n’a pas marqué de buts mais on a contrôlé le match, on a joué avec une bonne structure, on a joué notre 4-4-2 , on a complètement joué dans le camp adverse, on a eu 28 touches dans la surface adverse, et on a eu, je pense, 18 récupérations dans le camp adverse. Marseille n’a eu qu’une récupération dans notre camp. On a eu 11 récupérations dans les derniers vingt mètres… Ce sont des statistiques extraordinaires, pas seulement bonnes, mais extraordinaires, dans un match comme ça. C’est une domination complète, on a perdu car on a eu de la malchance, ils ont eu toute la chance du monde. C’est difficile à accepter car ce n’est jamais mérité, mais, nous ne pouvons pas être en colère, on regarde la performance, vous préférez regarder le résultat, ce n’est pas mon job. »

Point sur le groupe pour demain

T.Tuchel : «On fait un entrainement aujourd’hui avec Mauro Icardi et Marquinhos. Il y a les trois suspendus (Neymar, Kurzawa et Paredes) et Kylian (Mbappé) et Alessandro (Florenzi) manquent. Alessandro (Florenzi) n’était pas avec le groupe quand on joué la finale de Ligue des Champions et il ne peut pas jouer contre Metz. »

Impact de l’absence de Neymar et Mbappé au match contre Lens

T.Tuchel : «Non ce ne sont pas seulement les deux qui manquent contre Lens, c’est pas comme ça, il manquait 7 à 8 joueurs contre Lens. Ce ne sont pas « Neymar et Kylian (Mbappé) et sans les deux on ne peut pas créer », on ne peut pas continuer à analyser un match comme ça, c’est juste de la polémique.»

Temps de jeu pour Abdou Diallo et Colin Dagba

T.Tuchel : «On ne peut pas toujours parler de ceux qui ne jouent pas, quelques joueurs doivent combattre parce qu’on ne peut pas jouer toute une saison avec deux joueurs en défense centrale. Abdou doit âtre patient, il n’a pas joué, je pense, pendant six mois et donc, ce n’est pas le moment pour commencer le match, surtout quand Kimpembe est là et est notre capitaine. Je n’ai rien contre Abdou, nous sommes très contents, il est très fort. Colin Dagba c’est la même chose, il a joué les deux match en U21 pour la France, et il a eu beaucoup de blessures musculaires après ces matchs. Maintenant, c’était clair que Alessandro (Florenzi) jouait et Colin a joué les dernières 10-20 minutes. On a des gars qui doivent combattre pour une place dans cette équipe, Colin et Abdou doivent combattre, je suis très content avec eux mais c’est comme ça dans un club, c’est quelque chose d’absolument normal. J’espère qu’on aura plus de gars prêts pour combattre.  Maintenant, on a beaucoup de matchs donc, il se peut qu’Abdou ou Colin commencent dans les prochains matchs.»

Son avenir au PSG

T.Tuchel : «C’est toujours comme ça, s’il perd en finale il doit partir, s’il perd contre Dortmund il doit partir… Moi je ne lis rien et c’est pour ça que je suis calme, c’est mieux.»

Inquiets sur les possibles grosses suspensions de Neymar, Paredes et Kurzawa ?

T.Tuchel : «Oui nous sommes inquiets de cette décision. Je ne suis pas sûr qu’on regarde tout le contexte, de ce qui s’est passé sur le terrain , je suis inquiet c’est clair.»

Priorité du recrutement : défenseur central ou milieu ?

T.Tuchel : «Un des deux bien sûr, peut-être les deux mais ce n’est pas un secret on a perdu quatre joueurs avec Thiago Silva, Choupo-Moting, Edinson Cavani et Thomas Meunier. Maintenant nous avons recruté Florenzi, et on va essayer pour l’un de ces deux postes. Si on veut atteindre notre objectif, c’est nécessaire.»

Changement dans la préparation

T.Tuchel : «C’est un autre défi de gérer cette situation, avec cette équipe, c’est un autre grand défi. On a mérité de gagner, on a perdu deux matchs. Les dernières minutes contre Marseille ne sont pas les réactions qu’on aime mais on sait comment la tension a augmenté pendant ce match. Mais le défi est de grandir de cette situation, d’apprendre. C’est toujours comme ça avec des situations difficiles. Ce n’est pas trop difficile car je ne regarde pas les résultats mais la façon de jouer, de s’entraîner. J’en suis très content. Le défi est de rester ensemble. Nous sommes dans une phase atypique et le plus important c’est qu’on reste calme, ensemble et qu’on adapte notre réaction sur le terrain. On a des choses à apprendre, nous devons rester calmes avant, pendant et après le match, mais ce n’est pas facile car nous sommes un groupe émotionnel et c’est notre force. Il y a beaucoup de joueurs sud-américains, des joueurs qui ont un esprit compétitif et ça, c’est une grande force. On doit gérer cette force et c’est le moment pour parler, pour comprendre et rester ensemble.»

Paris United

GRATUIT
VOIR