à la uneArticleEconomie

L’hypothèse des matches à huis clos jusqu’à l’automne 2021

Dans la période de crise que nous traversons, les spéculations vont bon train sur la reprise des événements sportifs. Les optimistes s’avancent sur un retour à la normale dans quelques mois, et les pessimistes pensent qu’il ne faut pas envisager de public dans les stades avant fin 2021…

Pas de vaccin = pas de public

Dans une tribune publiée sur le site de France Info, certains scientifiques s’accordent à dire que les compétitions avec public ne pourront reprendre que lorsqu’un vaccin aura été commercialisé. C’est la vision de l’épidémiologiste française Catherine Hill : « Le virus est très contagieux et va continuer à circuler. Il ne va pas disparaître par magie et tant que nous n’avons pas de vaccin et que nous n’avons pas vacciné tout le monde, on a un risque qu’il redémarre ». Sachant par ailleurs qu’il est impossible de compter sur une vaccination en masse avant un an, minimum.

L’éventualité d’une longue période de matches sans public dans le football, comme dans les sports de salles se profilerait donc, tant la distanciation entre les supporters est impossible dans les arènes sportives.

De l’autre côté de l’Atlantique, au pays du soccer et du base-ball, le son de cloche est à peu près le même, et certains scientifiques américains se sont avancés depuis plusieurs semaines sur la question. Pour eux aussi, l’horizon du retour du public dans les stades, c’est fin 2021 : « Le retour à la vie normale où l’on part en voyage, où l’on mange au restaurant, où l’on se rend à des concerts…tant que nous n’aurons pas de vaccin pour protéger tout le monde, ce sera dans 18 mois pas avant. » Ces mots sont ceux d’un bioéthicien et chercheur à l’Université de Pennsylvanie, Ezekiel Emanuel, début avril, qui confirme : « Les grands rassemblements, conférences, concerts, évènements sportifs seront les derniers à reprendre. Nous ne pouvons que raisonnablement envisager l’automne 2021 au plus tôt. »

A lire le point de vue de ces scientifiques, les responsables du football européen et certains dirigeants du football français vont rétorquer que c’est une vision pessimiste de la situation. Ils pourront alors privilégier la vision plutôt « politique », donc à court terme, d’autres spécialistes comme cette enseignante française à l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), Michèle Legeas : « Miser sur l’automne 2021, c’est une vision particulièrement pessimiste. Ceux qui peuvent donner des dates ou des certitudes sont des gens qui savent lire dans des boules de cristal, parce que pour le moment, on a qu’un laboratoire en grandeur nature, c’est la Chine. Et nous ne sommes pas du tout sûrs des informations qu’elle remonte. »

Du côté asiatique, même refrain

Après le report des Jeux Olympiques d’été de Tokyo à 2021, et compte-tenu de la gestion de la crise par les autorités chinoises, certains scientifiques japonais remettent en question la tenue des J.O : « Les Jeux olympiques nécessitent deux conditions : contrôler le Covid-19 au Japon et le contrôler partout ailleurs, car il faut inviter des athlètes et des spectateurs du monde entier », a expliqué Kentaro Iwata, un infectiologue japonais. Sans cela une seule solution selon lui : « des compétitions sans spectateurs ou avec une participation très limitée. »

 

Une chose est sûre, plus on avance dans cette crise, et plus il paraît invraisemblable que des évènements sportifs se tiennent avec des spectateurs par milliers à court terme. Plus près de nous, au fil des jours après l’annonce du report d’un mois, il paraît inconcevable d’imaginer le Tour de France à huis clos. Et si on en revient au football européen ou hexagonal, que penser d’une finale de coupe de France PSG-OL à huis clos, ou d’un quart de finale de Ligue des Champions au Parc des Princes sans spectateurs ?

Même si le huis clos serait de toute évidence une solution radicale pour permettre les évènements sportifs en respectant les consignes sanitaires, dans l’attente d’un vaccin, certains imaginent des solutions intermédiaires. Des tests avant d’accéder au stade ? Des moyens technologiques comme la généralisation d’une application sécurisée ?

Comme bien d’autres, l’économie du sport est en grand danger. Les différentes instances concernées prennent conscience de la gravité de la situation, et des impacts, comme des délais avant de pouvoir envisager un retour à la normale. Force est de constater que ce n’est pas pour demain.

 

Crédits : sport.francetvinfo.fr , leparisien.fr

Rédaction pour Paris United, Fredi

Paris United

GRATUIT
VOIR