à la une

L’Atalanta met en difficulté la Juve

Alors qu’ils avaient mené par deux fois, les joueurs de l’Atalanta n’ont pu ramener qu’un match nul de Turin. Mais cette équipe confirme sa forte impression collective.

L’Atalanta, futur adversaire du PSG en quart de finale de la Ligue des champions, se déplaçait à la Juve pour un choc de Serie A. Toujours organisés dans son 3-5-2, les joueurs de Gasperini mettaient quatre à cinq minutes à entrer dans le match. Une fois cette période passée, ils prenaient alors possession du ballon, faisant monter le bloc de plusieurs dizaines de mètres.

A partir de là, et pendant une grosse vingtaine de minutes, ils ne laissaient plus sortir les Bianconeri. Contre-pressing énorme, récupération du ballon ultra-rapide, conservation, mouvement, toute la panoplie des partenaires de Gomes y passait. Pendant ce temps (très) fort, ils ouvraient la marque. Interception très haute sur Dybala, échange parfait entre Zapata et Gomes et le Colombien ouvrait la marque.

Le reste de la première période sera un peu moins intense, mais la domination bergamasque était indéniable. La Juve sortait quand même un peu la tête de l’eau, très souvent grâce à Dybala, joueur le plus dangereux côté turinois. Mais ça manquait de précision dans le dernier geste.

Deux penaltys pour la Juve

A la pause, l’Atalanta menait 0-1 et c’était très logique. On attendait la seconde période pour voir la réaction des partenaires de Ronaldo mais aussi pour voir si l’Atalanta allait pouvoir continuer sur ce rythme.

La Juve est un peu moins en difficulté en début de seconde période mais ne se crée pas d’occasions. Les partenaires de Freuler mettent moins d’intensité dans le pressing. La Juve va alors obtenir un penalty suite à une main dans la surface. Ronaldo transforme et permet à la Juve d’égaliser presque sans occasion.

Après l’heure de jeu, Gasperini fait entrer de la fraicheur et ça se ressent tout de suite. Ses joueurs remettent du pressing, de l’intensité. Et sur une récupération et une passe de Muriel, Malinovsky redonne l’avantage à son équipe. 1-2 à moins de dix minutes de la fin.

Mais alors qu’on se dirigeait vers une victoire de l’Atalanta, nouveau penalty pour la Juve suite à une main de Muriel. Ronaldo transforme à nouveau et la Juve prend miraculeusement un point.

Un collectif, un gros pressing

Cette équipe de l’Atalanta a de nouveau montré qu’elle n’était pas là par hasard. Son collectif est huilé, homogène avec un Gomes qui est le petit plus, le détonateur.

Le contre pressing des hommes de Gasperini est énorme non seulement dans l’intensité mais sur la durée du match. Déjà, face à la Lazio, ils avaient réussi à renverser le match et à l’emporter dans les dix dernières minutes. Ce soir, ils ont repris l’avantage à moins de dix de la fin.

Encore une fois, personne ne dit que cette équipe est imbattable. Encore une fois, personne ne veut « vendre la peur ». Mais force est de constater que l’Atalanta est une vraie équipe, qui marque beaucoup et qui empêche ses adversaires de mettre en place leur jeu.

Même si le club n’est pas un monstre européen, il faut admettre que, certes saison, cette équipe pratique un superbe football et est capable de battre n’importe qui. Il reste six matchs de série A, mais on a déjà la certitude que les Bergamasques seront prêts physiquement. Il reste un mois et deux matchs officiels au PSG pour se mettre à niveau.

Crédit photo: sports.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR