à la uneArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Kimpembe, Un buzz disproportionné

Presnel Kimpembe a donc été auteur, samedi, de paroles déplacées envers l’arbitre de la rencontre. Une attitude qui mérite sûrement une sanction mais pas, encore une fois, tout le buzz créé depuis.

C’est toujours la même chose, il y a des clubs qui attirent plus le regard que les autres. On se souvient, par exemple, de Jeremy Menez insultant M. Chapron, sans que celui-ci ne l’ait entendu. Mais Canal avait montré et remontré les images avec les sous-titres et la commission s’était emparée du dossier pour suspendre le parisien. On se souvient également de Payet et Thauvin s’insultant en plein matchs.

Même si ces deux scènes sont à condamner, il ne faut pas mentir, elles se produisent dix fois par match et dans chaque match de chaque équipe. Mais évidemment, voir un lorientais ou un clermontois insulter un arbitre, c’est moins vendeur.

Samedi, face à Brest, c’est donc Kimpembe qui a dérapé. Ses propos et son geste méritent une sanction. On ne s’exprime pas envers un arbitre comme avec ses potes du quartier. Quant au geste, même avec la tension, on ne peut pas pousser un arbitre de la sorte. En revanche, ça ne mérite pas d’en parler pendant deux jours. Sur le terrain, la tension, la fatigue à ce moment du match, peuvent entrainer des réactions disproportionnées.

Vient ensuite la question de l’exemplarité : un footballeur est-il un exemple ? S’il se comporte bien, qu’il est exemplaire, c’est un plus mais un footballeur n’est pas un exemple. Beaucoup de personnes de ma génération étaient fans de Maradona. Est-ce que ça nous a influencé à le copier dans ses dérives ? Évidemment non. On peut rappeler qu’un ancien président avait lancé un « casse-toi pauvre con » à un citoyen. Un président serait donc moins enclin au devoir d’exemplarité qu’un footballeur ?

Plus prompts à réagir sur le PSG qu’aux problèmes à la FFF

En revanche, la commission qui se saisira du dossier doit être exemplaire. C’est elle qui envoie le message de ce qui est acceptable ou pas. Dans le monde amateur, si vous vous comportez ainsi, les sanctions sont souvent très lourdes. Le problème, c’est que la commission se saisit du dossier parce que ça fait du bruit et pas parce que l’attitude est déplorable. C’est tout le problème.

L’autre partie qui doit être juste, ce sont les médias. S’ils traitaient tous les clubs de la même façon, leur discours serait audible. Or, ce n’est pas le cas. De plus, il y a fort à parier que si c’était un joueur étranger et avec une belle image, type Ramos, il y a de grandes chances que nombreux sont ceux qui auraient fait passer cela pour du caractère.

Pour finir, on remarquera que l’enquête de So Foot sur les dérives à la fédération française de football (sexisme, harcèlement…) fait beaucoup moins réagir que l’action de Kimpembe ou que la (mauvaise) blague de Galtier alors que les faits sont d’une bien plus grande gravité. La ministre des sports a même déclaré qu’elle « n’avait rien à dire sur le sujet ».

Pour le message envoyé aux footballeurs amateurs, mais aussi aux enfants qui rêvent devant les joueurs professionnels, la commission doit sanctionner Kimpembe. En revanche, on espère que désormais, les télés, les médias condamneront de la même façon tous les joueurs quel que soit leur statut. Et ça, on n’y croit pas trop.

Paris United

GRATUIT
VOIR