à la uneAvant match

Coupe de France – Rennes v Paris : la passe de 13 ?

Ce soir, le Paris Saint Germaine affronte le Stade Rennais dans le cadre de la 102ème finale de la Coupe de France. Face aux Bretons, les Parisiens auront à cœur d’aller chercher une cinquième titre consécutif. Mais pour cela, il faudra se méfier des rouges et noirs.

Un trophée pour légèrement éclaircir cette fin de saison. Ce soir, les hommes de Thomas Tuchel n’ont pas vraiment d’autres options que de réaliser un doublé national. Car soyons honnête, tout autre résultat qu’une victoire ce soir sera considéré comme un échec. Surtout après les mésaventures guingampaises et mancuniennes. Un objectif intégré par le coach allemand en conférence de presse vendredi : « Nous sommes toujours sous pression quand nous jouons pour le PSG. Tout le monde attend que nous gagnions des titres, tout le monde pense que c’est normal que nous soyons champions. (…) La plus grande pression, c’est entre nous, les joueurs, le staff et moi ».

 

Allo docteur, l’équipe est prête ?

La grande question de ce soir est surtout de savoir quelle équipe Thomas Tuchel va pouvoir aligner, au vu de l’avalanche de blessures à laquelle il doit faire face. Pour cette finale, le technicien parisien semble prêt à prendre tous les risques possibles. C’est en tout cas ce qu’il affirmait hier en conférence d’avant match : « Forcément il y a toujours danger à aligner des joueurs qui reviennent de blessure. Donc oui, demain, nous allons prendre des risques ».

Mais les nuages sombres qui gravitent autour des Parisiens ne sont pas près de laisser leur place à une quelconque éclaircie. Vendredi soir, Thiago Silva n’a pas participé normalement à l’entraînement collectif. Le capitaine parisien se dirige donc vers un forfait, tout comme Thilo Kehrer et Thomas Meunier. Touché à la cuisse dimanche dernier contre Monaco, le défenseur allemand n’a pas suffisamment récupéré. Le latéral belge n’a lui plus rejoué depuis sa sortie sur blessure face à Lille, le 14 avril dernier.

La grosse frayeur de cette avant-finale provient de Kylian Mbappé. Le numéro 7 rouge et bleu a en effet dû stopper son entraînement vendredi soir, après avoir ressenti une douleur musculaire à la jambe droite. Sa participation ne semble néanmoins pas compromise. Tout comme Marco Verratti, qui devrait pouvoir tenir sa place sur la pelouse du Stade de France.

 

« S’il y a une équipe qui a la pression, ce n’est pas la nôtre »

Côté breton, cette finale est un bonus dans une saison bien mouvementée. Depuis la prise de fonction de Julien Stéphan, Rennes a retrouvé une identité un fond de jeu séduisant. Il ne faudra donc surtout pas sous-estimer cette équipe bretonne, qui a montré en Europa Ligue qu’elle savait aller chercher un résultat.

Conscient de cette chance de pouvoir aller décrocher un premier titre depuis 1971, le coach breton a rejeté toute pression en conférence de presse. « S’il y a une équipe qui a la pression, ce n’est pas la nôtre. Si on arrivait à faire l’exploit demain, ça aurait des conséquences très fortes ». Une position d’outsider qui se justifie par les derniers résultats de Rennes. Sur ses cinq derniers matchs de championnats, le Stade Rennais compte trois défaites et deux nuls, dont un revers le week-end dernier face à Dijon. Raison de plus pour les Parisiens de se méfier de la bête blessée, capable de sortir des matchs de folie quand il le faut. Le Real Betis s’en souvient encore.

Côté effectif, Julien Stephan est épargné par les blessures. Il se présente ce soir au Stade de France avec un groupe de 21 joueurs, dont Ismaïla Sarr, Mbaye Niang et Hatem Ben Arfa. Les seuls absents à déplorer sont Ludovic Baal, Romain Danzé (genou) et Jordan Siebatcheu (cuise).

Sur le papier, le Paris Saint Germain est donc le favori à sa propre succession. Mais il faudra être appliqué et ne pas montrer la même attitude sur le terrain que lors des gifles lilloises et nantaises si les club de la capitale veut empocher ce 13ème titre.

 

Arnaud de La Taille